VDI : quel est son statut ?

VDI

Un Vendeur à Domicile Indépendant (VDI) est le représentant d’une entreprise dans la vente directe des produits aux domiciles des clients. Être vdi, ce n’est pas toujours être un salarié. Toutefois, cette activité est régie par un statut ayant été élaboré par la Fédération de la Vente Directe (FVD).

FVD et le statut des vdi

Le succès de la vente directe repose sur deux paliers. Premièrement, ce système se présente comme un moyen convivial d’achat pour les usagers. Deuxièmement, les entreprises veulent développer leurs affaires sur de nouveaux canaux, d’où leur appel aux services des vdi. Face à cette réussite de la vente directe, la Fédération de la Vente Directe et l’État ont décidé de développer le statut du vdi.

Les vdi : des employés hybrides

Le nouveau statut permet à un vendeur direct de bénéficier de ce qu’on appelle un statut hybride. Il est indépendant au niveau juridique et fiscal par rapport à son employeur. Par contre, il bénéficie de la sécurité sociale. De plus, un vdi n’est pas enjoint à s’inscrire dans un registre professionnel de son entreprise. Ce qui lui donne une certaine liberté, notamment pour exercer d’autres activités professionnelles en parallèle à la vente directe. Sur le régime fiscal d’un vendeur direct, tout dépend du contrat avec la société.

Les contrats de vdi

On distingue deux principaux types de contrats : le contrat mandataire et le contrat acheteur-vendeur. Le premier sous-entend que le vendeur met en vente des produits au nom de la société qui l’emploie. Cette dernière rémunère alors le vdi sous forme de commissions. Dans ce cas, le vendeur bénéficiera d’un régime fiscal de Bénéfices Non Commerciaux (BNC). En optant pour un contrat vdi acheteur-vendeur, le vendeur se doit d’acheter les produits chez la société en question pour les revendre. Ici, le régime fiscal appliqué au vendeur direct sera celui des bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC).

Related posts

Leave a Comment