Comment se calcule la rémunération d’un VDI ?

rémunération d'un VDI

Le marketing de réseau devient une source de revenus populaire aujourd’hui, probablement parce qu’il génère rapidement de l’argent. En entrant dans le MLM, bon nombre d’individus se demandent de quelle manière la rémunération d’un VDI est-elle calculée. Tout dépend du statut juridique du VDI que vous envisagez d’adopter : mandataire ou acheteur-revendeur. Explications.

rémunération d'un VDI

Rémunération d’un VDI mandataire

Chacun de ces deux statuts dispose de son propre statut juridique. Pour un VDI mandataire, le contrat stipulera que l’entreprise accorde au vendeur le pouvoir de prendre des commandes au nom et pour le compte de l’entreprise. Sa rémunération sera donc payée au moyen d’une commission sur le chiffre d’affaires réalisé. On calcule les cotisations sociales dues, au montant des commissions perçues.

En réalité, le contrat de mandataire en MLM ne présente pas de risque pour le VDI. Pourquoi ? Parce que ce dernier n’achète pas de marchandises et la société reste propriétaire des stocks. Par ailleurs, les cotisations sociales seront déduites de ses commissions. Elles seront ensuite payées directement par l’entreprise qui l’emploie à l’URSSAF. Un bulletin de précompte trimestriel fera état de ces cotisations et commissions.

En ce qui concerne la valeur de sa commission, celle-ci varie de 20 à 35 % en fonction des entreprises et du chiffre d’affaires, réalisé par le vendeur. Autrement dit, plus le vendeur effectue un bon chiffre d’affaires, plus le taux de sa commission augmente. A titre d’exemple, une bonne vendeuse dans le secteur de la mode pour enfants peut gagner de l’argent à domicile allant jusqu’à 3 000 euros par mois. Mais ce montant varie, normalement, selon le temps que le vendeur consacre à son activité. Cela dépend également de sa capacité à se créer un réseau de clients ainsi qu’à ses talents de vendeur.

Rémunération d’un VDI acheteur-revendeur

En revanche, si vous choisissez d’évoluer sous le statut de VDI acheteur-revendeur, la rémunération se paie différemment. Le contrat stipulera que le vendeur achète les produits de l’entreprise. Ensuite, il les revend, à son tour, à un tarif maximum recommandé. Ce type de VDI bénéficie de remises quantitatives sur les produits revendus. Par la suite, il les livre à ses clients avec une marge bénéficiaire.

Ce contrat implique que le VDI prend un risque financier au début. En effet, il doit d’abord acheter les services ou les produits de la société pour son kit de démarrage. Le risque est toutefois limité, car les achats de produits sont réalisés au moment de la vente. Théoriquement, il y n’a donc pas de stock. A l’inverse de cet investissement financier, la marge est souvent plus confortable pour le vendeur. Celle-ci, ainsi dégagée, constitue sa rémunération. Bien entendu, il n’y a pas de commission, dans ce cas. Quant aux charges sociales, elles seront calculées sur la base de la marge bénéficiaire dégagée. Si vous souhaitez gagner plus rapidement de l’argent à domicile ou avoir des conseils pour développer vos ventes en MLM, inscrivez-vous dès aujourd’hui à notre newsletter.

Related posts

Leave a Comment